156 jours.

Dans moins de 6 mois, nous embarquerons sur un vol British de Heathrow à Buenos Aires, via Sao Paulo. De là, nous nous envolerons pour Ushuaia... Et l'aventure commencera!

Tony affiche sur son profile Facebook: 156 days.

Quelques chiffres et beaucoup de commentaires! Ceux qui savent et qui aiment, ceux qui se demandent... et posent des questions! Encore quelques semaines et nous pourrons l'annoncer partout: Nous quittons nos jobs, nous quittons la Suisse, nous partons faire LE TOUR DU MONDE!!!!

Les billets sont maintenant bookés, dans quelques heures, nous aurons payé les 6130 livres pour 14 vols... et des milliers de kilometres autour du globe. Ce tour du monde n'a pas encore commencé et il nous rend déja tellement heureux. Il nous est parfois toujours difficile de croire qu'on se lance vraiment, que nous lachons tout pour vivre ce que nous rêvons de vivre depuis si longtemps. Remettre en question beaucoup de choses. Notre "confort materiel" bien sûr, mais surtout nos visions de la vie. De gré ou de force, nous allons devoir laisser sa place au destin, au hasard ou au karma selon le nom qu'on veut bien lui donner.

Ne plus contrôler son environnement, ne plus comprendre les codes de l'autre. Je ne parle pas seulement de la langue, mais de la culture, de la remise en question de ce que nous avons acquis, de ce que nous avons appris. Nous recherchons et redoutons à la fois ce sentiment, celui de se risquer... et celui de faire confiance. De ne plus voir en l'autre une menace, mais une chance d'apprendre et de vivre plus intensement.

Beaucoup ont eu ce type de discours avant de partir, et paradoxalement, certains me semblent plus fermés au retour qu'avant leur départ. Peut être en fait sont-ils plus sûrs d'eux, de leurs choix et de ce qu'ils veulent.... et donc moins prêts à faire de concessions.

"Si tu cherches des réponses à tes questions, ne crois pas que le voyage t'aidera. Il ne fera qu'amener d'autres questions, encore plus profondes". Cette phrase de Chacha raisonne dans ma tête. "Profite quand tu y es. Profites en pour laisser ce qui te pèses trop et te gonfler du moment présent".

Ce soir, les questions s'arrêtent là. Je dis merci à notre bonne étoile qui je l'éspère nous accompagnera jusqu'au départ, puis jusqu'au retour... Et je vais arrêter de cogiter, embrasser ma femme et me faire un p'tit flash forward.

Cheers!